Pourquoi je suis devenue une minimalista

cover Pourquoi je suis devenue une minimalista

Tout à commencé il y a maintenant près de 2 ans. Debout devant l’immense mur (!) couvert de tringles et d’étagères me servant de presque-walk-in, j’étais encore une fois frustrée de n’avoir rien à porter!

Comment était-ce possible?

J’avais plus de morceaux qu’il n’y a de jours dans l’année et pourtant, trouver ce que j’allais porter relevait toujours du défi.

À l’époque, je travaillais dans un magasin d’une grande chaîne de fast fashion et j’achetais des nouveaux vêtements chaque semaine. Parfois plusieurs fois par semaine. Malgré tout, j’étais constamment insatisfaite de ma garde-robe.

Je suis consciente qu’il y a des problèmes beaucoup plus sérieux dans le monde mais c’était frustrant et, surtout, très coûteux.

(Encore aujourd’hui, je préfère ne pas penser aux sommes que j’ai dépensées ainsi…)

J’étais accro au magasinage, littéralement.

Puis un jour, j’ai su que je devais changer. Je dépensais sans compter, je dévouais plusieurs heures par jour à la quête des nouveautés en ligne, je me créais une tonne de faux besoins, j’étais constamment en attente d’une livraison et je devais gérer mon horaire en conséquence, je manquais d’espace pour ranger tous mes vêtements et de nombreux items de ma garde-robe portaient honteusement leur étiquette, me rappelant ainsi qu’ils n’avaient jamais été portés.

Fouillant l’internet en mode solution, je suis rapidement tombée sur un concept qui m’étais jusque-là inconnu:

le minimalisme.

Je suis tombée amoureuse des petits espaces et des penderies épurées mais surtout de l’idée selon laquelle notre vie et notre valeur ne se résument pas à nos possessions.

J’ai compris que ma surconsommation de vêtements me privait de nombreuses heures pendant lesquelles je pourrais profiter de la vie, tout simplement.

J’ai compris qu’en encombrant ma penderie, j’encombrais ma vie.

Depuis, j’ai complètement transformé ma consommation de vêtements et j’ai considérablement réduit la taille de ma penderie. Je ne possède aujourd’hui que des vêtements que j’adore et qui me vont bien. Je n’achète que lorsque j’ai réellement besoin. Si un item s’abîme, je ne le remplace pas nécessairement. Je peux facilement m’en passer si je possède un autre item semblable ou ayant une fonction similaire.

Certains minimalistes suivent des règles strictes et ne possèdent qu’une poignée de vêtements – souvent moins de 40 morceaux – qu’ils portent tout au long de l’année.

En ce qui me concerne, je ne suis pas particulièrement fan des règles. Je crois que chacune est capable de définir un minimum d’items qui soit acceptable pour elle selon ses besoins et son mode de vie. J’adhère à un minimalisme assez soft, je refuse de m’imposer des règles strictes mais je prône une consommation raisonnable et responsable.

J’évalue m’être débarrassée du 3/4 de ma garde-robe au cours des dernières années. J’achète très peu. Je fouille les friperies ou les boutiques de vêtements seconde main à la recherche de trésors lorsqu’un besoin se présente. Je répare mes morceaux abîmés. J’évite maintenant le fast fashion (tout en faisant ce qui est possible pour allonger le cycle de vie des vêtements que je possède déjà). Je défini mon style et je fais preuve de créativité pour agencer mes quelques vêtements sans m’ennuyer. Je préfère la qualité à la quantité.


Pour moi, une minimalista est une personne qui aime la mode tout en ayant des pratiques de consommation responsables.

C’est une fashionista minimaliste.


J’ai eu envie de créer ce blog pour parler de mon propre cheminement vers la mode (un peu plus) minimaliste mais aussi pour ouvrir un dialogue avec d’autres personnes qui, comme moi, veulent simplifier leur vie et leur penderie.

J’aime la mode mais je n’aime pas qu’elle soit actuellement la deuxième industrie la plus polluante au monde (la première étant l’industrie du pétrole). J’aime les vêtements mais je n’aime pas que des travailleurs mettent leur vie en danger – ou trouvent la mort – pour coudre mon prochain coup de coeur. J’aime faire preuve de créativité avec les vêtements que je possède déjà parce que je ne veux plus participer aux statistiques qui démontrent qu’au Canada, plus de 10 millions de tonnes de vêtements se retrouvent dans les décharges chaque année. J’aime la mode et son côté créatif mais je n’aime pas que son coût social et environnemental soit actuellement aussi élevé.

J’aimerais que ça change et je crois que chaque action fait une différence. Je crois qu’ensemble, nous pouvons faire une différence.

Chaque minimalista peut faire une différence!

Si vous désirez simplifier votre vie tout en participant à une industrie de la mode plus verte et plus éthique,

ce blog est pour vous.

J’espère qu’il vous plaira. 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *