Se donner le droit de ne rien faire

Je ne sais pas d’où sort notre besoin d’en faire toujours plus. D’être efficace à tout prix. De rentabiliser chaque moment de notre vie, même nos temps libres. Je ne sais peut-être pas d’où nous provient cette pulsion d’efficacité, mais je sais que je suis loin d’être la seule à la ressentir. Aujourd’hui, j’ai envie de proposer quelque chose de complètement fou. J’ai envie qu’on se donne le droit de ne rien faire.

Rien de rien?

Je sais, ça frappe comme idée.

Rien faire? Vraiment? Rien comme dans rien de rien?

Rien de rien, c’est une option. Ou rien de planifié, ça en est une autre. Rien d’efficace ni de productif. Ne rien faire qui nous force à organiser, gérer, courir après la montre, jongler avec les responsabilités, faire du small talk avec quelqu’un qui ne nous intéresse pas vraiment.

J’ai envie que collectivement, on cesse de penser qu’une journée passée à se reposer est une journée perdue. J’aimerais ça me lever tard le dimanche sans avoir l’impression que j’ai gâché ma journée de congé. Ça serait le fun si j’avais plutôt le réflexe d’apprécier ces heures de sommeil qui devaient m’être nécessaires si je me suis réveillée si tard.

J’aimerais aussi qu’on dise aux autres que c’est correct de se reposer. Qu’on n’insiste pas pour les faire sortir de chez eux quand ils aimeraient mieux rester au chaud dans leurs affaires. À ne rien faire. Qu’on ne leur dise pas qu’ils vont « manquer quelque chose ».

Ce n’est jamais vraiment « rien »

Ne « rien » faire, au fond, c’est se reposer. C’est prendre du temps pour soi et s’écouter.

Des fois, ça veut dire qu’on ouvre un livre et à d’autres moments on s’écrase devant une série qu’on écoute en rafale sur Netflix. Rien faire ça peut aussi vouloir dire qu’on boit un thé en compagnie d’un.e ami.e en jasant de la température. Ou peut-être qu’on prend un bain chaud jusqu’à ce que notre peau soit toute plissée.

Le fait est que ce n’est jamais vraiment « rien ». Ce n’est peut-être rien d’efficace ni de productif, mais c’est un moment pour soi qui nous fait le plus grand bien.

C’est quelque chose.

Et c’est quelque chose d’essentiel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *